Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’université de Buea mène des recherches sur le traitement des maladies dangereuses en partenariat avec des universités allemandes et africaines

Dans un laboratoire, un scientifique regarde dans un microscope

L’Allemagne, site de recherche, © Colourbox.de

05.09.2019 - Article

Depuis 2017, le ministère fédéral allemand de l’Education et de la Recherche (BMBF) soutient cinq réseaux germano-africains dans le cadre de l’initiative « Réseaux de recherche pour l’innovation dans le domaine de la santé en Afrique subsaharienne » en mettant à leur disposition plus de 50 millions d’euros jusqu’en 2021. Ces réseaux de recherche font partie de la stratégie Afrique du BMBF. Dans le cadre de ces réseaux, 4-7 institutions de recherche en Afrique coopèrent avec 2 institutions partenaires en Allemagne.

 Tous les réseaux sont coordonnés par des chercheurs africains sur place. La lutte contre les maladies qui menacent particulièrement les êtres humains en Afrique est au centre de la recherche. Parmi ces maladies, on compte la tuberculose, le VIH/SIDA et les maladies communément appelées « maladies tropicales négligées », mais également les maladies en croissance telles que le diabète et les maladies cardio-vasculaires qui constituent une difficulté supplémentaire pour les systèmes de santé des pays africains.  Les réseaux de recherche devront collaborer étroitement avec les universités, les institutions d’approvisionnement et les décideurs politiques au niveau local et régional, contribuant ainsi au renforcement durable des systèmes éducatifs et de santé des partenaires africains. L’objectif à long terme de l’initiative est d’intégrer les résultats des recherches dans les programmes nationaux et régionaux de santé des pays participants afin de garantir la durabilité et l’utilité de la recherche pour le grand public.


Financé par le Ministère fédéral allemand de l´Education et de la Recherche, le projet « Research Networks for Health Innovations in Sub-Saharan Africa » a été lancé en 2014. Il combine l´appui à la recherche scientifique au renforcement des capacités des acteurs locaux, avec l`objectif de consolider les systèmes de santé dans les pays partenaires.

Le réseau TAKeOFF se spécialise dans la recherche contre la filariose lymphatique, une maladie qui touche près de 200 millions de personnes, majoritairement en Afrique. Pour répondre à ce défi majeur, le réseau TAKeOFF a établi une plateforme de recherche, dont les objectifs sont d`essayer les nouveaux traitements et outils de diagnostic ainsi que de renforcer les capacités des équipes scientifiques et cliniques sur place. 

Le réseau TAKeOFF est composé de l´Université de Buea (Cameroun), du Kumasi Center for Collaborative Research (Ghana), du National Institute of Medical Research de Dar Es-Salaam (Tanzanie), de la Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität de Bonn (Allemagne) ainsi que de la Ludwig-Maximilians-Universität de Munich (Allemagne). Dans le cadre du consortium TAKeOFF, l´Université de Buea se concentre sur la recherche contre la podoconiose, une forme non-filaire d´éléphantiasis provoquée par un contact prolongé avec des minéraux irritants présents dans le sol.

Autres contenus

Retour en haut de page